René-Antoine Ferchault de Réaumur physicien et naturaliste

René-Antoine Ferchault de Réaumur, né le 28 février 1683 à La Rochelle et mort le 17 octobre 1757 dans son domaine de la Bermondière, à Saint-Julien-du-Terroux, est un physicien et naturaliste français. Jeune scientifique admis à l’Académie des sciences en 1708 grâce à une mémoire géométrique, il s’intéresse avec persévérance aux développements des arts et métiers. Aussi, l’Académie le charge de diriger l’édition de la Description générale des Arts et Métiers de France.

Mais l’homme ne dédaigne pas l’histoire naturelle des mollusques, crustacés, insectes et oiseaux. Réaumur est un observateur remarquable des matériaux du vivant : René-Antoine Ferchault de Réaumur est fasciné par la nacre et les fils d’araignées. En particulier, il approuve la nature animale et non végétale des coraux et madrépores. Par la multiplicité de ses intérêts il propose aussi bien une manière d’éteindre les incendies et un moyen de mettre les carrosses en état de se tirer des ornières, que la ferveur encyclopédiste revisite surtout après 1750, il laisse ainsi son nom à la postérité.

René-Antoine Ferchault de Réaumur savant français

Suivant pas à pas les progrès de la métallurgie, René-Antoine Ferchault de Réaumur fonde les bases de la sidérurgie scientifique dès les premières années de la décennie 1720 et la métallographie en 1724.

Il vulgarise la possibilité de transformer la fonte en acier dès 1722 et promeut le fer blanc. Familier de la mise au point des fours, il écrit sur l’art du verrier et invente en 1729 un verre blanc opaque, nommé « porcelaine de Réaumur » qui n’est qu’un verre dévitrifié par chauffage et refroidissement. Ses recherches sur la vraie porcelaine ouvrent la voie aux travaux de Darcet et Macquer.

La difficulté des mesures physiques est un aiguillon pour ses recherches physiques. L’étude de la température lui permet de proposer vers 1730 un modèle de thermomètre à alcool sur une ligne de 80 parties égales entre la température de congélation de l’eau et la température d’ébullition de l’eau.

Les travaux de René-Antoine Ferchault de Réaumur sur la régulation thermique lui ont permis de mettre au point un incubateur artificiel nommé « four à poulets » ainsi qu’un moyen de conserver les œufs par enduction d’un corps gras en 1753. Il a rédigé un volumineux ouvrage de mémoires sur l’entomologie en six volumes in-quarto publiés de 1734 à 1742. Il est aussi l’un des précurseurs de l’éthologie soit l’étude des comportements animaliers.

René-Antoine Ferchault de Réaumur sa biographie

La famille Ferchault possède des terres en Vendée, dans le canton de Pouzauges. Jean Ferchault, le grand-père de René, receveur des douanes à Luçon, achète dans les années 1620, une partie de la seigneurie de Réaumur. Cette seigneurie est aujourd’hui transformé en Manoir des Sciences, et est ouverte au public. Le Manoir des Sciences de Réaumur permet de découvrir les différents travaux du scientifique.

Son père, René Ferchault qui est conseiller au présidial de La Rochelle, fonction surtout honorifique, meurt le 20 août 1684, tandis que son frère, Jean-Antoine (1684-1719), naît le 1er octobre de la même année.

René-Antoine Ferchault de Réaumur fréquente le collège jésuite de Poitiers. En 1699, lui et Jean-Antoine s’installent à Bourges pour poursuivre leurs études auprès de leur oncle, le chanoine Gabriel Bouchel. René-Antoine étudie en particulier le droit et les mathématiques.

En 1703, il arrive à Paris où il continue ses études de mathématiques et s’adonne avec ardeur à la physique. C’est son cousin, Charles Hénault qui le reçoit et, connaissant son goût et ses aptitudes pour les mathématiques, le fait connaître de Jean-Paul Bignon, alors président de l’Académie des sciences.

Le 12 mars 1708, il devient élève géomètre à l’Académie. Dès le 19 mai 1708, il lit devant l’Académie une communication sur un problème de géométrie, Manière de trouver une infinité de lignes courbes nouvelles, en faisant parcourir une ligne quelconque donnée, par une des extrémités d’une ligne droite donnée aussi, et toujours placée sur un même point fixe, où il utilise une méthode mise au point par Louis Carré (1663-1711).

Il présente l’année suivante deux autres mémoires portant sur le même sujet. Il est considéré comme le créateur de la notion de développée imparfaite. Ce sont les seuls travaux de Réaumur en mathématique géométrique. En novembre 1709, il présente un mémoire intitulé De la formation et de l’accroissement des coquilles des animaux tant terrestres qu’aquatiques, soit de mer, soit de rivières. Ce travail, où il précise le mode de croissance des coquilles de mollusque, inaugure ses recherches sur les invertébrés.

Croyant convaincu, il passe beaucoup de temps dans ses domaines pour y observer la nature, qui reflète les merveilles de Dieu. Il présente en 1710 plusieurs mémoires consacrés aux invertébrés, sur la soie des araignées, les écrevisses, les guêpes… La mort de Louis Carré lui permet d’obtenir le titre de pensionnaire mécanicien à l’Académie des sciences, le 14 mai 1711.

Lire la suite sur fr.wikipedia.org