Louis Ier dit le Pieux, est roi d’Aquitaine jusqu’en 814

Louis Ier dit le Pieux ou le Débonnaire, roi de 814 à 840

Louis Ier dit le pieux (ou « le Débonnaire »), né en 778 à Cassinogilum (localisation incertaine, soit Casseuil près de Bordeaux, soit Chasseneuil-du-Poitou dans la Vienne) et mort le 20 juin 840 à Ingelheim près de Mayence, est roi d’Aquitaine jusqu’en 814, puis empereur d’Occident de 814 à sa mort. Il décède à 62 ans, un âge respectable pour l’époque.

Louis Ier dit le pieux

Louis Ier dit le pieux, parfois latinisé en Hludovicus ou Ludovicus, est un prénom traditionnel que l’on trouve dans la généalogie royale franque et qui commence avec Clovis, forme francisée du nom latin Clodovicus de même origine germanique. Le qualificatif « le Pieux » est attesté de son vivant (en latin : pius), en particulier par la biographie écrite par le chorévêque de Trèves, Thégan (avant 800-vers 850), l’un de ses trois biographes : Vita Hludovici Pii, et dans le texte écrit par son conseiller Agobard de Lyon, pourtant très critique envers Judith, sa seconde épouse, fervent soutien de Lothaire et principal artisan de la déposition de Louis Ier dit le pieux en 833 : Libro duo pro filiis et contra Iudith uxorem Ludovici Pii.

Ce surnom est lié à sa politique religieuse, nettement plus favorable à l’Église que celle de Charlemagne. Durant son règne, Louis Ier dit le pieux réforme les monastères et change de politique à l’égard de la papauté en s’engageant à respecter le Patrimoine de Saint Pierre et à ne pas intervenir dans les élections pontificales.

Le pape retrouve ainsi, après le contrôle exercé par Charlemagne, une certaine indépendance politique. Il est possible aussi que son surnom de pieux lui ait été valu par sa propension à fondre en larmes lorsqu’il entrait dans des lieux saints, comme ce fut le cas lorsqu’il se recueillit sur la tombe de son père Charlemagne à Aix-la-Chapelle. 

À la cour, il s’entoure de clercs qui le conseillent, comme Agobard (769-840), Frédegis ( 834) et Benoît d’Aniane (750-821). En 822, il accomplit une pénitence publique à Attigny. En somme, la politique religieuse de Louis Ier dit le pieux a pour objectif de renforcer l’unité de l’Empire, un empire carolingien fondamentalement chrétien. 

Quant à son surnom de « débonnaire », il n’apparaît qu’une seule fois, durant le haut Moyen Âge, dans la biographie de l’Astronome, la Vita Hludovici. Il n’emploie le superlatif latin mitissimus (« très doux »), que l’on traduit par « débonnaire », qu’une seule fois dans son récit (chap. 21). Mais ce terme est repris en 1275 par un clerc à Saint-Denis nommé Primat dans les Grandes Chroniques de France, puis par d’autres chroniqueurs et historiens qui lui donnent une importance injustifiée.

Louis Ier dit le pieux biographie

Louis Ier dit le pieux est le sixième enfant et le quatrième fils de Charlemagne ; le cinquième enfant et le troisième fils de sa seconde épouse Hildegarde de Vintzgau, de la famille bavaroise des Agilolfing. Au moment de sa naissance, durant l’été 778, alors que Hildegarde met au monde deux jumeaux, Louis Ier dit le pieux et Lothaire (qui meurt peu après), Charlemagne est parti en expédition en Espagne. La naissance se déroule dans une des résidences royales, la villa Cassinogilum, qui correspondrait à l’actuelle commune de Chasseneuil-du-Poitou (département de la Vienne), ou Casseuil (département de la Gironde) sur la Garonne, selon les historiens. 

Le , au cours de la célébration de la fête de Pâques à Rome, Charlemagne le fait couronner roi des Aquitains par le pape Adrien Ier. Il n’a donc pas encore trois ans. Cette cérémonie voit aussi le couronnement du troisième fils qui n’a pas quatre ans, Pépin, roi d’Italie. Peu après, malgré son jeune âge, Louis Ier dit le pieux est envoyé en Aquitaine sous la garde d’un tuteur, Arnold, et d’autres officiers.