Jean-Charles de Borda mathématicien, physicien, politologue

Jean-Charles de Borda né le 4 mai 1733 à Dax et mort le 19 février 1799 à Paris, est un mathématicien, physicien, politologue et navigateur français. Il a donné son nom à plusieurs vaisseaux écoles des XIXe et XXe siècles, sur lesquels étaient embarqués les élèves de l’École navale.

Jean-Charles de Borda savant français

Après quelques années passées au collège Henri-IV de La Flèche, Jean-Charles de Borda entre dans le génie militaire, puis dans les chevau-légers. En 1756, il rédige un Mémoire sur le mouvement des projectiles, produit de ses études en tant qu’ingénieur militaire.

Ce mémoire lui ouvre la même année les portes de l’Académie des sciences. Jean-Charles de Borda publie aussi plusieurs mémoires sur l’hydraulique et la résistance des fluides, considéré comme l’une des premières études théoriques des roues hydrauliques, sources de motion de certains navires mais aussi sources d’énergie dans les manufactures.

En 1767, Jean-Charles de Borda entre au service actif de la marine en tant qu’ingénieur du génie maritime. En 1771, il est placé sous les ordres de Verdun de La Crenne à bord de la frégate la Flore. Ce navire partait pour les îles Canaries, puis les Antilles, avec pour mission d’essayer de nouveaux modèles de montres et chronomètres marins, au nom de l’Académie des sciences. En 1776, Jean-Charles de Borda est envoyé aux îles Canaries et chargé d’en déterminer la position avec exactitude ; à cette époque, la plupart des nations d’Europe comptaient les longitudes à partir de l’île de Fer. Entre 1777 et 1778, il participe à la guerre d’indépendance des États-Unis sous les ordres du comte d’Estaing, en qualité de major général.

En 1778, Jean-Charles de Borda publie, en collaboration avec Verdun de La Crenne et Pingré, le Voyage fait par ordre du roi en 1771 et 1772, en diverses parties de l’Europe et de l’Amérique, pour vérifier l’utilité de plusieurs méthodes et instruments servant à déterminer la latitude et la longitude, etc.. Et en 1787, Description et usage du cercle de réflexion, avec différentes méthodes pour calculer les observations nautiques qui décrit l’utilisation du cercle répétiteur.

En 1781, Jean-Charles de Borda reçoit le commandement de plusieurs vaisseaux de la flotte militaire française, chargés d’escorter un corps expéditionnaire à destination de la Martinique. Le 6 décembre 1782, il est capturé par les Britanniques. Libéré sur parole, il retourne en France peu de temps après. Il reprend son poste d’ingénieur dans la marine française, où il conçoit des améliorations des systèmes de pompage. Avec Pierre Méchain et Jean-Baptiste Delambre, Jean-Charles de Borda  est chargé par l’Académie des sciences de déterminer la longueur de l’arc de méridien de Dunkerque à Barcelone, et il s’occupe en particulier de tout ce qui se rattache aux expériences de physique. Il invente alors un ingénieux appareil[réf. souhaitée] pour mesurer la longueur du pendule. On lui doit les Tables trigonométriques décimales et les Tables des logarithmes, des sinus, sécantes et tangentes, suivant la division du quart de cercle en 100 degrés, revues, augmentées et publiées par Jean-Baptiste Delambre en 1801.

Jean-Charles de Borda inventa un système de vote, connu sous le nom de méthode Borda, qui est resté populaire parmi les réformateurs des systèmes électoraux du monde entier. Contemporain de Nicolas de Condorcet, il s’est engagé dans de nombreux débats concernant les mérites respectifs des différents systèmes de vote.

Lire la suite fr.wikipedia.org