Clotaire II roi des Francs et roi de Neustrie de 613 à 629

Clotaire II, dit le Jeune, né en mai 584, mort le 18 octobre 629, est roi de Neustrie de 584 à 613 et roi des Francs de 613 à 629, après la conquête du royaume d’Austrasie et du royaume de Bourgogne. Sa victoire de 613 sur la reine Brunehilde (Brunehaut) met fin à la longue période de guerres entre rois francs, commencée en 570, et dont deux protagonistes ont été les parents de Clotaire II, Chilpéric Ier et Frédégonde.

Clotaire II roi des Francs de 613 à 629

Biographie Clotaire II

Clotaire II alors nouveau-né ne reçoit pas de nom à sa naissance ; ceci dans le but de ne pas propager d’inquiétude liée à la symbolique du nom mérovingien. Voulant choisir un parrain en fonction de l’évolution des troubles qui agitent le royaume des Francs, son père ne le fait pas baptiser immédiatement. 

Chilpéric et Frédégonde ont aussi le souci de protéger leur enfant, étant donné que ses prédécesseurs morts jeunes ont peut-être été victimes d’assassinats. Clotaire II est élevé en secret dans la villa royale de Vitry, en Artois. En septembre 584, Chilpéric Ier est assassiné près de sa villa de Chelles, peut-être sur ordre de la reine Brunehilde, après une partie de chasse. Cet événement produit un désordre général.

Les Grands de Neustrie pillent les trésors de Chilpéric, notamment son missorium d’or et s’emparent de tous les documents importants, pour se réfugier en Austrasie. 

La princesse Rigonde, en chemin vers l’Espagne en vue d’épouser le prince Recarède, est attaquée à Toulouse par le duc Didier, lié à la conspiration de Gondovald, qui lui vole tout ce qui reste de sa dot, de sorte qu’elle est obligée de renoncer à son mariage. Des guerres éclatent entre des cités rivales, ainsi Orléans et Blois se dressent contre Chartres et Châteaudun.

La reine Frédégonde réussit à conserver ses trésors personnels et quelques officiers, comme Ansoald et Audon, alors que d’autres l’abandonnent, comme le chambrier Eberulf. Elle fait emmener son fils de Vitry à Paris et envoie un message à Gontran, roi de Bourgogne, pour qu’il accepte d’adopter l’enfant et d’exercer la régence jusqu’à sa majorité.

Childebert II, qui se trouvait vers Meaux au moment du meurtre de Chilpéric, se déplace à Melun[réf. nécessaire], envisageant de prendre Paris, mais Gontran le devance. Des pourparlers s’engagent entre Childebert II et Brunehilde d’une part, Gontran d’autre part : mais Gontran refuse qu’ils entrent dans la ville. Il refuse également11 de leur livrer Frédégonde, que Brunehilde réclame en invoquant le régicide de Sigebert Ier, des princes Mérovée et Clovis et même de Chilpéric Ier.

L’assemblée de Neustrie et la reconnaissance de Clotaire II
Gontran convoque ensuite une assemblée des Grands de Neustrie, au cours de laquelle l’enfant de Frédégonde est reconnu comme fils de Chilpéric Ier, bien que des doutes sur sa paternité aient été évoqués. Ils décident de lui donner le nom de Clotaire II, nom du grand-père du nouveau-né. Celui-ci est alors adopté par Gontran.